mercredi 1 juillet 2015

Assistance sociale


Il était une fois un mendiant qui recevait chaque jour 25 Euro d'un passant. Et cela dura plusieurs années, jusqu'à ce qu'un beau jour, le passant ne lui donna que 18 Euro. Etonné le mendiant se consola en ce disant que 18 Euro ce n'était pas si mal. Un an plus tard soudainement, le mendiant ne reçut plus que 15 Euro, et il se dit qu'il allait demandé au passant pourquoi recevant d'abord 25 Euro, il ne recevait ensuite plus que 18 et maintenant seulement 15 Euro.

L'homme lui répondit :
- Oui, je sais, mais la vie devient de plus en plus chère et l'an passé, mon aîné est entré à l'université et cela coûte très cher. Donc je ne vous ai plus donné que 18. Et maintenant, c'est ma fille qui entre à l'université et cela me coûte donc encore plus !

Le mendiant lui demande :
- Et combien d'enfants avez-vous ?

L'homme lui répond fièrement :
- Quatre adorables enfants !

Le mendiant s'inquiète :
- Et vous comptez les faire étudier tous sur mon compte ? 


mardi 23 juin 2015

Histoire des 2 cailloux

Il y avait une fois dans un village un fermier sans le sou qui devait rembourser une importante somme d'argent à un vieil homme très laid. Comme le fermier avait une fort jolie fille qui plaisait beaucoup au vieux prêteur, ce dernier proposa un marché. Il dit qu'il effacerait la dette du fermier s'il pouvait marier sa fille. Le fermier et sa fille furent tous deux horrifiés par cette proposition.

Alors le vieux prêteur pas très ragoûtant suggéra que le hasard détermine l'issue de la proposition. Il leur dit qu'il mettrait un caillou blanc et un caillou noir dans un sac d'argent vide, et que la fille aurait à piocher, à l'aveuglette ... un des deux cailloux du sac.

1) si elle pioche le caillou noir, elle devient son épouse
et la dette de son père est effacée…..

2) si elle pioche le caillou blanc, elle n'a pas à l'épouser et la dette du père est également annulée

3) si elle refuse de piocher un caillou, son père est jeté en prison

Tout en continuant de parler, le vieux monsieur laid se pencha pour ramasser les deux cailloux. Comme il les ramassait, la jeune fille, qui avait l'œil vif, remarqua qu'il avait ramassé deux cailloux noirs et qu'il les avait mis dans le sac.

Mais elle ne dit rien.

Puis le vieux prêteur demanda à la jeune fille de piocher dans le sac. Cette discussion avait lieu sur le chemin devant la maison du fermier, et le sol était jonché de cailloux.

Imaginez un instant ce que vous auriez fait si vous aviez été là. Qu'auriez-vous conseillé à la jeune fille de faire ?

Si on analyse bien, il y a 3 possibilités :

1) la fille devrait refuser de piocher un caillou

2) la fille devrait sortir les deux cailloux noirs du sac, montrant que le vieux a triché

3) la fille devrait piocher le caillou noir et se sacrifier en mariant le vieux pour épargner l'emprisonnement à son père

Prenez un moment pour réfléchir à cette situation.

Cette histoire a pour but de vous faire apprécier la différence entre la pensée logique et la pensée dite "latérale".

Le dilemme de la jeune fille ne peut pas être résolu de façon équitable par la pensée logique traditionnelle.

Pensez aux conséquences de chacune des trois options possibles.

Alors, qu'auriez-vous fait ?

Et bien voici ce que la jeune fille fit :

Réfléchissez un peu avant de regarder la solution ...

Elle piocha dans le sac, et en sortit un caillou qu'elle laissa aussitôt échapper par terre, gauchement, sans qu'on ait pu le voir, et il se confondit spontanément avec la multitude des autres cailloux sur le sol.

Ah ! ce que je peux être maladroite, s'exclama la jeune fille. Mais qu'importe, si je sors du sac le caillou qui reste, on verra bien lequel j'avais pioché en premier, n'est-ce pas !

Puisque le caillou resta était noir, le premier
caillou pioché ne pouvait qu'être blanc !

Et comme le vieux prêteur n'osa pas avouer sa malhonnêteté, la jeune fille transforma une situation qui semblait impossible en un dénouement fort avantageux !

Morale de cette histoire : Il existe une solution pour la plupart des problèmes complexes. C'est juste qu'on ne sait pas toujours regarder les choses sous le bon angle.

mardi 17 février 2015

Pauvres petits écoliers


Mamie demande à Lilian, 5 ans en grande section maternelle :
– Tu aimes bien l'école ?
– Oh oui !
– Tu as appris beaucoup de choses depuis la rentrée ?
– Oui, je lis un peu et je connais les chiffres.
– C'est bien. Elle est gentille ta maitresse ?
– Oui, mais ……
– Pourquoi fais-tu la grimace ?

Lilian répond d'un air courroucé :
– Et ben, elle dit ce qu'il faut faire et il faut toujours tout faire !
– Euh oui ! c'est normal c'est son travail !
– Et bien non c'est nous qu'on fait tout. Et elle, elle fait rien, elle nous regarde !

vendredi 13 février 2015

Train régional


Dans un train régional, un contrôleur aborde un voyageur pour lui demander son titre de transport. Le contrôleur lui dit en voyant son billet :
–  Vous descendez à Espira de l'Agly ? Vous vous êtes trompés de train ! Depuis le mois dernier, ce train ne s'arrête plus à Espira de l'Agly . Vous auriez du prendre celui de 7h45 et non pas celui de 7h15 !

Le gars affolé lui répond :
–  C'est pas possible ! Je DOIS descendre à Espira de l'Agly sinon je ne pourrai pas retrouver la femme que j'aime… Si je ne descend pas, elle croira que je ne l'aime pas et c'en sera fini de notre amour.  Jamais plus je n'aurai l'occasion de la revoir.

Le gars insiste tellement que le contrôleur, un sentimental, s'attendrit et finit par dire :
–  Bon d'accord. Je vais en parler au conducteur du train.

Quand il revient il lui explique :
– Il ralentira suffisamment en arrivant dans la gare de Espira de l'Agly pour que vous puissiez descendre en courant.  Ça devrait aller,  mais il faudra que vous courriez très vite dès que vous quitterez le marchepied du train car le train n'ira jamais moins vite que 30 km/h.
Pour vous donner toutes vos chances,  je vous tiendrai en l'air en vous tenant par dessous les bras avant de vous lâcher…

Alors, lorsque le train arrive en vue de la gare de Espira de l'Agly, le contrôleur ouvre la porte .
Il prend le voyageur sous ses aisselles et lui demande de commencer à courir dans le vide…

Et le voyageur court, de plus en plus vite alors que le train ralentit. Finalement, le contrôleur descend le voyageur au niveau du quai de gare en lui criant de continuer à courir le long du train pendant quelques secondes sinon c'est la chute assurée.

Ce que fait notre gars… Jusqu'à ce qu'un passager du train, debout à la porte du wagon suivant n'aperçoive cet homme en train de courir pour attraper son train et ne l'attrape par le col de sa veste pour le hisser dans le train en lui disant :
–  T'as de la chance que j'ai été là pour te faire monter,  ce train ne s'arrête même pas à Espira de l'Agly !

mardi 10 février 2015

Traitement contre la toux



C'est un pharmacien qui, en arrivant au travail vers les onze heures, voit un gars debout l'air crispé, se tenant d'une main près de la porte sur le mur extérieur. Notre ami pharmacien demande à sa charmante employée :
- C'est quoi l'affaire avec le gars dehors ?

Elle lui répond :
- A l'ouverture ce matin, le gars est venu acheter du sirop pour la toux, mais je n'en ai pas trouvé !!! Alors je lui ai vendu une bouteille de laxatif et le gars l'a bue sur place.
Le pharmacien, choqué, hurle : "TU NE PEUX PAS SOIGNER UNE TOUX AVEC DU LAXATIF....

La jolie employée répond d'une voie douce :
- Bien sur que si, vous pouvez... regardez, maintenant, il n'ose plus tousser !!!... 

jeudi 5 février 2015

La Geuze Lambic


Dans un café, un habitué est accoudé au comptoir.

Soudain le téléphone sonne. Le patron décroche, écoute, et dit :
– Ne quittez pas, je vous le passe… Albert, c'est pour toi !

L'autre prend le combiné.
– Allô ? Comment ? Non… pas possible ! Oh là… là… là… ! Mon dieu, quel malheur ! Merci de m'avoir prévenu.

Il raccroche et revient vers le comptoir.
– Maurice, s'il te plaît, sers-moi une gueuse lambic…
– Excuse-moi, Albert, il est arrivé quelque chose de grave ?
– Oui. Mon pauvre père est décédé. Il était malade, mais on ne s'attendait pas à une fin aussi rapide.

Cinq minutes plus tard, le téléphone re-sonne, et le patron répond à nouveau.
– Albert ! C'est encore pour toi…

L'autre prend l'appareil.
Allô ? Qu'est-ce que vous dites ? Non, c'est pas vrai ! Mais c'est incroyable ! Quelle triste journée ! C'est vraiment la série noire… Jamais je n'ai vu une chose pareille !

Après avoir raccroché, il retourne au comptoir.
– Maurice, donne-moi une deuxième gueuse lambic.
– Il est encore arrivé un malheur ?
– Hélas, oui. Je viens d'apprendre que mon pauvre frère, lui aussi, a perdu son père…

mardi 3 février 2015

L'arbre généalogique


Un garçon et une fille sont éperdument amoureux l'un de l'autre.

Mais un jour, le jeune homme dit à la demoiselle :
- Tu sais comme je t'aime. Tu sais que je tiens à toi plus qu'à moi-même. Mais nous ne pourrons jamais nous marier ensemble.
- Pourquoi ? demande-t-elle les larmes aux yeux.
- Parce que chez nous, on se marie uniquement à l'intérieur de la famille.
- Mais enfin, il peut y avoir une exception ?
- J'ai vérifié tout l'arbre généalogique, dit le jeune homme, il n'y a jamais eu une seule exception : mon grand-père a épousé ma grand-mère, mon oncle a épousé ma tante, mon père a épousé ma mère…

mercredi 28 janvier 2015

C'est moi le chef !

Marcel, en a assez d’être la risée de ces copains de bistrot car (lui disent-ils) c’est sa femme qui porte le pantalon chez lui.

Ce soir il est bien décidé à leur prouver le contraire, et la tête pleine des bons conseils de son meilleur pote, il rentre chez lui.

Il se dirige en toute hâte vers la cuisine, bombe le torse, marche vers sa femme et, tout en lui pointant le doigt sur le visage il lui dit :
« À partir de maintenant, je veux que tu saches que « JE » suis le maître de la maison et ma parole sera la loi !
Je veux que tu me prépares un repas spécial et quand j’aurai terminé de manger mon repas, je m’attends à un somptueux dessert.
Ensuite, après le souper, tu vas me faire couler un bon bain afin que je puisse me relaxer, et quand j’en aurai terminé avec mon bain, devine un peu qui va me peigner et m’habiller ? »

Et sa femme lui répond : « Les pompes funèbres ! »

lundi 26 janvier 2015

Papy, sa tablette et le petit Arthur

Un grand-père a acheté une tablette et commence à se débrouiller ...

Un jour, il reçoit un mail d'Arthur , son petit-fils de 14 ans :
« Bonjour Papy, tu vas bien ? Super qu’on puisse communiquer par mail maintenant. Je n’aurai plus besoin de prendre le bus pour venir chez toi prendre des nouvelles de toi et de Mamy ! Pour mon argent de poche, tu pourras le virer sur mon compte BE001100279892. C'est facile non ?
Ton Arthur qui t’aime »

Voici la réponse du Papy :
« Bonjour mon Arthur, Mamy et moi allons bien. Je n'arrive pas à me servir du home banking mais j’ai acheté un scanner. Et chaque semaine, je scannerai un billet de 50 € que je t’enverrai par mail.
Ton Papy qui t'adore »

mercredi 24 décembre 2014

Le Père Noël existe-t-il ?

Le Père Noël est une des plus grandes énigmes scientifique qui soit.
Voici une tentative d'explication quant aux techniques utilisées par le Père-Noël :

A l'heure actuelle, Nous ne connaissons aucune espèce de Renne pouvant voler. Bien qu'il reste encore des organismes vivants à découvrir (notamment des organismes unicellulaires), nous admettrons que le renne volant s'y trouve.

Il y a environ 2 milliards d'enfants dans le monde. Le Père-Noël ne desservant pas les populations musulmanes, hindoues, juives et bouddhistes, ça nous laisse 375 millions d'enfants à attendre le Père Noël chaque année.

D'après les derniers recensements, il y a une moyenne de 3,5 enfants par résidence, cela fait environ 91,5 millions de maisons à visiter. Admettons qu'il y a en moyenne un bon enfant dans chacune d'elles.

Le Père Noël dispose de 31 heures, le jour de Noël, pour effectuer son travail (en tenant compte des différentes zones horaires, de la rotation terrestre, et en supposant qu'il voyage d'est en ouest). Cela signifie 522,5 visites de domiciles par seconde.

Cela signifie que le Père Noël a 1/1000ème de seconde pour stationner, sauter hors du traîneau, se laisser tomber dans la cheminée, remplir les bas, distribuer le reste des cadeaux sous l'arbre de Noël, manger le snack qui a été laisse a son intention (ce qui expliquerais son embonpoint) , remonter la cheminée, grimper dans le traîneau et se mettre en route vers la prochaine résidence. Il parcourt donc 1200 mètres entre chaque résidence visitée, soit un voyage total de 110'000'000 de kilomètres, sans compter les arrêts-pipi.

Le traîneau du Père Noël se déplace donc à 1046 kilomètres par seconde (3000 fois la vitesse du son. )

A titre de comparaison, la sonde spatiale Ulysse, se déplace à une vitesse ridicule de 44 kilomètres par seconde. Un renne conventionnel, lui, se déplace a une vitesse maximale de 24 kilomètres à l'heure.

La charge portée par le traîneau ajoute un autre élément d'intérêt. En supposant que chaque enfant ne reçoive rien de plus qu'un jeu Lego de grandeur moyenne (un kilo), le traîneau transporte alors 321'300 tonnes, sans compter le Père Noël. Sur le plancher des vaches, les rennes conventionnels ne peuvent tirer plus de 150 kilos de marchandises. Même si l'on accordait aux rennes volants une capacité de traction 10 fois plus grande que la normale, il faudrait quand même 214'200 de ces rennes spéciaux.

Ces rennes augmentent donc le poids total à 353'430 tonnes, sans compter le poids du traîneau

353'000 tonnes voyageant à 1046 kilomètres par seconde créent une résistance énorme à l'air, chauffant les rennes de la même manière qu'une navette pénétrant dans l'atmosphère terrestre. Les rennes de tête absorberont alors 14,3 milliards de milliards de joules d'énergie. Par seconde. Par renne.

Ils exploseront donc en flammes presque instantanément, en créant des boums soniques assourdissants lors de leur passage au-dessus des agglomérations endormies

L'attelage entier de rennes sera vaporisé, en moins de 4,26 millièmes de seconde.

Pendant ce temps, le Père Noël sera sujet à des forces centrifuges 17.500 fois plus fortes que la force gravitationnelle. Un Père Noël de 125 kilos (ce qui semble très conservateur) serait écrasé au fond de son traîneau par 2.157.500 kilos de force.

Conclusion :
L'apparition miraculeuse du Père Noël reste pour les plus grands scientifiques une donnée inexplicable !